Notre actualité

30 Octobre 2018
-
Marc Sanchez, Secrétaire Génaral du SDI, dénonce l'absence de prise en compte des TPE dans le PLF 2019.
16 Octobre 2018
-
Marc Sanchez, Secrétaire Général du SDI, estime que les indépendants ont tout à perdre à une privatisation de l'apprentissage au profit des branches professionnelles et de leurs représentants agissant pour le compte des grandes entreprises.
28 Septembre 2018
-
Intervention de Marc Sanchez, Secrétaire Général du SDI, au cours de la manifestation #futureofwork ouverte par la ministre du travai, Muriel Pénicaud. A voir en vidéo.
25 Septembre 2018
-
Colombes, le 25 septembre 2018 – A l’occasion de l’examen à l’Assemblée nationale du projet de loi PACTE, Marc Sanchez, Secrétaire Général du SDI, dénonce l’absence totale de tout dispositif
5 Septembre 2018
-
Le SDI fait état de sa dernière enquête sur le PAS dans l'émission "Les vraies voix" de Sud-Radio.
25 Juin 2018
-
Le bonus-malus sur les cotisations UNEDIC est conçu par le gouvernement comme un élément de sanction des « mauvais élèves » de la classe entrepreneuriale et comme une contrepartie aux ordonnances travail. Cette profonde méconnaissance du segment des TPE par les pouvoirs publics engage 2,1 millions d’entreprises sur une voie dangereuse de déstabilisation (Intervention de Marc Sanchez, Secrétaire Général du SDI dans Les Echos).
15 Juin 2018
-
A l’occasion de la présentation lundi prochain en Conseil des Ministres du Projet de loi PACTE, Marc Sanchez, Secrétaire Général du Syndicat des Indépendants (SDI), exprime la déception des TPE, une nouvelle fois non prises en compte dans une réforme qui devrait les concerner au premier plan.
8 Juin 2018
-
Dans le prolongement de l’annonce par le Ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, d’un prochain abandon du taux réduit de TVA dans les secteurs de l’hôtellerie-café-restauration et du bâtiment, Marc Sanchez, Secrétaire général du Syndicat des Indépendants, dénonce un nouveau coup de massue pour des centaines de milliers de TPE : « La suppression du taux réduit pour les secteurs concernés à forte intensité de main d’œuvre correspondrait à un doublement de la TVA au détriment de centaines de milliers de TPE, de leurs salariés et de leur clientèle.