ENQUÊTE SDI : LES SOLDES NE SUFFIRONT PAS A SAUVER LES COMMERCES DE PROXIMITÉ

Date de parution: 
07/08/2020

Des soldes d’été 2020 en net retrait par rapport à 2019

Force est de constater qu’à mi-parcours, les soldes d’été 2020 ne sauveront pas à elles seules l’année des commerces de proximité, ni ne leur permettront de poursuivre leur activité sur le long terme.

Un recul du chiffre d’affaires pour 54% des personnes interrogées

Avec un recul de CA par rapport aux soldes d’été 2019 pour plus de la moitié des professionnels interrogés, cette année 2020 sera une période très sombre après les grèves de décembre 2019 - janvier 2020 puis la période de fermeture administrative de mars à mai liée à l’urgence sanitaire.

Des chiffres d’affaires en recul de plus de 20% pour une majorité de commerçants

Les baisses de chiffre d’affaires sont au surplus marquées, avec plus de 20% de baisse dans 57% des cas.

Il n’est pas rare de constater des baisses de 30% à 40% dans ce contexte fortement dégradé.

Une consommation plus faible que l’année précédente

Malgré des démarques de démarrage supérieures à 2019 pour près d’un tiers des commerces interrogés, les consommateurs ne sont pas tous au rendez-vous. L’environnement encore anxiogène de l’épidémie de Covid-19 pèse lourd, y compris avec l’annonce du port du masque obligatoire dans les lieux clos depuis le 20 juillet dernier. Cette mesure a en effet marqué une baisse accrue de fréquentation pour 34% des personnes interrogées.

La concurrence du e-commerce et des grandes enseignes qui avaient démarré les opérations promotionnelles et ventes privées dès la seconde quinzaine de mai; l’inquiétude des consommateurs face à la forte recrudescence annoncée du chômage, ont sans aucun doute participé à cette moindre consommation.

Quant aux consommateurs présents, le panier moyen constaté est en baisse dans 45% des cas.

Les mesures à prendre pour sauver le commerce de proximité

Les dispositifs du PLFR 3 destinés aux commerces de proximité, y compris parmi ceux qui ont fait l’objet d’une fermeture obligatoire, sont d’ores et déjà obsolètes avant même leur traduction sous forme de décrets en vue de leur mise en œuvre concrète.

Les pouvoirs publics doivent maintenir leur vigilance et la diligence dont ils ont su faire preuve au mois de mars.

Pour le SDI ; afin d’éviter le renforcement des déserts commerciaux, les faillites et licenciements parmi les commerces de proximité, il est impératif de prendre plusieurs mesures d’urgence :

  •  prolongement du fonds de solidarité jusqu’à la fin de l’année 2020
  •  prolongement du report de paiement des mensualités sur emprunts bancaires sur une période de 6 à 12 mois
  •  report en fin de bail du paiement des loyers commerciaux non versés durant la période d’urgence sanitaire

Avant d’envisager tout plan de relance, il est déjà nécessaire de préserver l’existant !