MORATOIRE SUR L’IMPLANTATION DES ZONES COMMERCIALES EN PÉRIPHÉRIE DES VILLES : LE GOUVERNEMENT SUIT LES PRÉCONISATIONS DU SDI !

Date de parution: 
21/07/2020

La bonne nouvelle est qu’un gouvernement se soit enfin rendu compte de ce que le SDI et les commerces de proximité constatent depuis plus de 10 ans : il existe un lien direct entre le développement des zones commerciales de périphérie et la désertification commerciale des centres villes des villes petites et moyennes.

Il aura fallu une épidémie mondiale, un recentrage des consommateurs sur leur lieu de vie et un risque majeur de disparition des commerces de proximité pour s’en rendre compte.

Le gouvernement n’est pas seul à devoir être convaincu ; les élus locaux aussi doivent l’être.

Ainsi, selon une étude de l’École de Journalisme de Strasbourg, 81% des communes ayant obtenu le soutien de l’État dans le cadre des opérations de revitalisation des commerces de proximité (opération « Cœur de Ville ») ont parallèlement accepté l’implantation de grandes surfaces en périphérie.

C’est en réalité à une véritable mobilisation que nous devons assister pour rééquilibrer le partage de valeurs entre les différentes formes de distribution.

A cet égard, le moratoire sur les implantations nouvelles ne suffit pas. Les secteurs péri-urbains sont tellement saturés que les autorisations pour les nouvelles demandes de surfaces commerciales ont chuté d’1 million de mètres carrés en France sur les trois dernières années. Ce sont à ce jour les extensions de l’existant qui fournissent de très loin le gros des projets des enseignes. Or, Jean Castex n’a rien dit en ce qui concerne les extensions de l’existant.

Par ailleurs, nous devons anticiper les conséquences dramatiques du phénomène du e-commerce qui s’est largement amplifié durant le confinement et perdure logiquement dans un contexte de crainte des consommateurs face à une épidémie qui ne s’éteint pas. Le nouveau danger qui guette actuellement les commerces de proximité relève plus des entrepôts du e-commerce. Ces derniers n’étant pas considérés comme des « centres commerciaux », ils ne sont pas soumis à moratoire. Raison pour laquelle le SDI est intervenu afin que le moratoire sur les nouvelles implantations commerciales soit étendu aux plateformes du e-commerce, dans l’attente d’une étude sur le bilan carbone et social de ces structures, au premier rang desquelles figure Amazon.

Entendons-nous bien : le e-commerce est une évolution des modes de consommation irréversible. Le propos n’est donc pas d’interdire purement et simplement, mais de développer cet outil au bénéfice des commerces de proximité, en lien avec les lieux physiques. Nous reviendrons sur ce sujet qui figure dans le plan de relance à intervenir à la rentrée et qui prendra sans doute plusieurs années à se mettre en place.

Dans l’attente, le SDI formule les propositions suivantes :

  • Moratoire sur les extensions des grandes surfaces existantes
  • Interdiction de l’ouverture au-delà de 21h des grandes surfaces
  • Interdiction de l’ouverture dominicale de ces mêmes grandes surfaces, y compris en l’absence de salariés
  • Moratoire sur l’implantation des entrepôts du e-commerce