LE SCANDALE DES TITRES RESTAURANTS BIENTÔT SANCTIONNÉ ?

Date de parution: 
11/10/2019

L’Autorité de la concurrence enquête depuis 4 ans sur une éventuelle entente entre les 4 opérateurs émetteurs de titres-restaurant.

L’Autorité enquête en fait sur ce que subodorent déjà tous les professionnels qui acceptent des titres-restaurants et ce dont auraient pu se convaincre avec un minimum de vigilance les organisations professionnelles dites représentatives (MEDEF, SYNHORCAT, UMIH, Syndicat de la Boucherie, de la Boulangerie,…) associées à ces opérateurs dans le cadre du Conseil National des Titres Restaurant (CNTR). Pour information, cette dernière instance est en charge, sans rire, de la « régulation du système des titres-restaurants ».

Une telle vigilance aurait sans doute été la bienvenue au regard de la précédente sanction de l’Autorité de la concurrence en juillet 2001 pour entente sur la fixation des taux de commission.

Quel est le problème en l’occurrence ? Les soupçons portent sur une éventuelle entente entre les 4 opérateurs (Sodexo – Edenred – Natixis – Up) au travers de la CRT (Centrale de Règlement des Titres) en vue de partager des informations confidentielles et faire échec à l’entrée sur le marché de nouveaux opérateurs ainsi que ralentir la dématérialisation des titres-restaurants. Ce qui intéresse surtout les professionnels accepteurs dans cette histoire, c’est l’impact de cette entente éventuelle sur la fixation des prix et le partage de la valeur ajoutée entre eux-mêmes, les entreprises et leurs salariés.

Pour certains, la concurrence, c’est surtout bon pour les autres.