Le SDI dénonce la trahison du FAFCEA à l'égard des artisans dans le magazine Bati-Actu

Date de parution: 
24/05/2019

Une baisse de 58% des prises en charge :

 

Dans le secteur du Bâtiment par exemple, pour les stages techniques :

  • la durée maximum de formation annuelle a été divisée par 2, passant de 100h à 50h/an
  • le coût horaire pris en charge a lui aussi baissé, passant de 30€ à 25€
  • le nombre de formations est désormais plafonné à 2 par an contre un nombre non plafonné auparavant
  • plus aucun frais annexe n’est pris en charge (déplacement notamment)

Concrètement, le montant maximum de prise en charge passe de 100x30 = 3000€ à 50x25= 1250€, soit une baisse de 58%, hors la question du plafonnement des formations en nombre et de la suppression de la prise en charge de tout ou partie des frais annexes.

Les stages professionnels Qualité et Gestion/Management sont à l’avenant dans des proportions encore plus importantes.

Les branches des services et de l’alimentaire connaissent les mêmes dispositions drastiques.

A l’heure ou la formation est érigée en priorité nationale, c’est peu dire que les artisans se sentent lésés dans cette affaire alors que le FAFCEA a perçu des compensations financières à l’euro près destinées à maintenir les formations, mais aussi leurs niveaux de prise en charge !

Le chiffre d’affaires des centres de formation va fortement chuter, contraignant un grand nombre d’entre eux à la fermeture définitive après déjà une longue période de 2 mois de suspension des dossiers et d’incertitude.

Pour le SDI, cette régression n’est pas admissible. L’objectif devrait être de tendre vers une amélioration des formations et des compétences des professionnels, non vers leur régression !